Exploitation minière : le Cameroun offre un autre délai de 6 mois à l’…

0
103

L’opérateur minier australien Sundance ne semble pas s’avouer vaincu en Afrique Centrale, puisqu’il vient de décrocher un nouveau délai de 6 mois de l’Etat camerounais lui permettant d’exploiter le site minier de Mbalam. Une prolongation qui devrait permettre à l’entreprise de chercher de nouveaux financements pour démarrer l’exploitation du fer que renferme le site.

La compagnie minière Sundance Resources vient de décrocher 6 mois de plus pour la convention d’investissement qui l’unit avec l’Etat camerounais. Cet accord étend ainsi les permis d’exploitation minière et d’exploration dans le site d’extraction de fer de Mbalam (frontalier de Brazzaville) jusqu’au 26 janvier 2018.

En quête de financements

L’entreprise australienne a également fait savoir que l’Etat a donné son accord préalable à une extension supplémentaire de 6 mois, si la compagnie minière arrive à faire «des progrès sur le financement du projet, soit par elle-même, soit avec un partenaire crédible». En attendant de nouveaux financements, Sundance doit encore décrocher un permis d’exploitation minière sur le terrain en faveur de sa filiale Cam Iron.

L’entreprise doit également étendre le permis d’exploitation EP92, qui a atteint le nombre maximal d’extensions, selon le Code minier camerounais. L’extension de la convention liant la multinationale et le gouvernement camerounais devrait faciliter l’augmentation de la superficie couverte par le précédent EP92. L’échec de cette option pourrait signifier de sérieux problèmes qui pèseraient sur ce permis minier.

35 millions de tonnes en 2025

Le premier accord entre Sundance et le Cameroun remonte à 2013, année où l’opérateur australien avait mobilisé 40 millions de dollars australiens pour ses filiales camerounaises et congolaises qui exploitent le fer de Mbalam des deux côtés de la frontière. Le groupe s’était engagé à atteindre un taux de production de fer de 35 millions de tonnes en 2025

L’ensemble du site minier développé par Sundance couvre près de 1.740 km2 et regroupe les gisements de Mbalam (Cameroun) et de Nabeba (Congo). Le côté congolais du projet a été sécurisé par la signature d’une convention minière de 25 ans entre la junior minière et les autorités de Brazzaville. Le démarrage du projet a également été affecté par la baisse des cours du fer ces dernières années. La récente hausse des cours impulsée par le regain de demande des aciéries chinoises pourrait stimuler ce projet sur lequel Sundance semble miser sa survie.

La Tribune

قالب وردپرس

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here