182 maladies retenues pour le lancement de la santé universelle

0
71
Cameroun : 182 maladies retenues pour le lancement de la santé universelle

Le gouvernement camerounais vient d’inscrire 182 maladies dans le régime de base de la Couverture santé universelle (CSU) au terme d’un atelier de validation, a appris lundi APA auprès des services compétents du ministère de la Santé publique (MINSANTE).

La validation desdites pathologies est consécutive à une étude portant sur l’ensemble des soins préventifs et curatifs, des médicaments et des dispositifs médicaux considérés comme fondamentaux et prioritaires et dont la prise en charge collective sera garantie par la CSU.

Un  listing qui comprend la promotion de la santé, la prévention de la maladie, la prise en charge des cas et la gouvernance et le pilotage stratégique ainsi que le renforcement du système de santé.

Au total, 40% de soins sont réservés à la mère et à l’enfant et 60 % au reste de la population, a-t-on indiqué.

Les autorités sanitaires qui ont défini les conditions prioritaires qui entrent dans le paquet minimum et le paquet complémentaire ont, en médecine interne, retenu les spécialités suivantes : cardiologie, pneumologie, hépato-gastroentérologie, néphrologie, neurologie, rhumatologie, endocrinologie, les maladies infectieuses, psychiatrie, oncologie et hématologie, et dermatologie.

La liste des maladies retenues en pédiatrie est constituée entre autres de la néonatologie, cardiologie et pneumologie pédiatrique, accidents domestiques et sévices et la santé de l’adolescent.

En gynécologie-obstétrique, ont été pris en compte les affections du sein, les affections inflammatoires des organes pelviens et non inflammatoires de l’appareil génital de la femme, l’obstétrique.

En chirurgie, l’on retrouve l’urologie, les chirurgies cardiaque, pédiatrique, plastique et réparatrice, thoracique, vasculaire, neurochirurgie et traumatologie/ orthopédie, sans oublier l’ophtalmologie-ORL et l’odonto-stomatologie.

« Nous avons validé cette étape. La quantification de ce qui est fait avec ce paquet de soins pour que dans deux ou trois mois, nous puissions chiffrer sa mise en œuvre avant de s’engager dans la gouvernance », a expliqué le ministre de la Santé publique André Mama Fouda.

© CAMERPOST avec APA

قالب وردپرس

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here